Soyons de notre temps : le correcteur

Home / Art d'écrire / Soyons de notre temps : le correcteur

Mon tout premier conseil tiendra en quelques paragraphes seulement.

En fait, il pourrait n’être constitué que d’une seule phrase: investissez dans un correcteur digne de ce nom.

D’abord, j’ose espérer que vous travaillez dans un environnement de traitement de texte. Si vous ne le faites pas, alors, vous aimez le risque! Que ce soit dans l’application Wattpad ou Scribay, écrire sans filet, c’est un peu suicidaire, je dois vous le dire.

Imaginez que vous écriviez depuis une heure et qu’au moment où vous appuyez sur le bouton « Publier » votre connexion Internet, wifi ou vpn vous lâche. Ô horreur! Toute cette heure de travail risque de se volatiliser si vous ne savez pas comment récupérer cet affront informatique. Vous aurez beau jurer détruire le siège social d’Apple ou de votre fournisseur de services que cela ne vous ramènera pas votre petit chef d’oeuvre.

Donc, téléchargez un programme de traitement de texte sur votre portable, tablette, téléphone ou votre gros ordinateur de table (payant, gratuit ou piraté, peu importe) et piochez vos mots sans angoisser.

Oui, les environnement Wattpad et Scribay sont bien fait mais il m’est arrivé de perdre des trucs et ces petits accrocs ont fait monter ma pression inutilement. Alors, faites ce que je dis, point final.

Cela dit, parlons des correcteurs. Si vous utilisez un bon traitement de textes, vous aurez vite constaté que cette merveille a aussi la capacité de repérer vos erreurs, qu’elles soient grammaticales (basiques) ou reliées à l’orthographe. C’est bien pour corriger « en surface », mais c’est bien loin de l’idéal.

Au fil du temps, certaines ajouts (add-on) ont été développés spécifiquement pour votre programme afin de combler certaines lacunes en la matière, comme des analyseurs de phrases ou la capacité de repérer des homonymes qui ne sont pas, d’ordinaire, soulignées dans les autres programmes. Mais ne soyez pas dupes en voyant les petits soulignements ondulés qui se multiplient à l’écran. Outre le fait qu’ils semblent vous dire que vous ne savez pas écrire (cela dit sans aucun jugement de ma part), ces artifices ne vous disent pas pourquoi ce mot ou cette phrase ne fonctionne pas.

Un correcteur digne de ce nom (et il n’en existe pas des tonnes, du moins en français) vous offrira non seulement la bonne façon d’écrire le mot « prétention », mais il saura vous interroger pour en valider sa pertinence, si tel est le cas, dans le contexte de votre phrase.

De plus, ces programmes sont ajustables à différents niveaux d’écriture (essai, roman, etc.). Ils offrent dans leur dictionnaire intégré, non seulement la définition du dit mot mais aussi ses synonymes, ses contraires, ses analogies, son origine, ses usages prescrits ou proscrits, etc. Et puis, ils peuvent agir comme un prof de fac et vous attribuer un pourcentage d’expertise.

La palme d’or, à mon avis, revient à Antidote. Ce produit québécois est quasiment parfait. Téléchargeable en quelques clics, il ne vous en coûtera qu’une centaine de dollars (canadiens), soit environ à peu près la même somme en € (disponible le site de la FNAC). Vous pouvez même télécharger une version d’essai sur le site de Druide, leur concepteur. La plus récente version est désormais en mesure de corriger dans la langue de Shakespeare !

Dernièrement, j’ai essayé la version gratuite du Robert Correcteur qui m’a semblé très similaire à Antidote autant par ses outils que son affichage.

À vous de choisir! Mais je vous jure sur ma vieille Underwood poussiéreuse que ce sera le meilleur investissement que vous allez faire pour bien démarrer votre révision.

Mais de grâce, ne vous arrêtez pas à la simple correction proposée par votre traitement de texte ou ce correcteur. Lisez les conseils, fouillez le dictionnaire, cherchez des alternatives, bref, faites de vous un explorateur sans peur, car il y a tant à découvrir dans les entrailles de ce produit.

Que faire ensuite? Je vous reviens bientôt avec d’autres conseils. D’ici là, n’arrêtez surtout pas d’écrire!

P.S. Je ne suis aucunement lié aux produits indiqués dans cet article. Si j’en fais l’éloge, c’est dans le seul but de vous aider à cheminer dans votre expérience d’écrivain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

one × 2 =