Bonneuh fêteuh à moua

J’chante à tue-tête, tu seul en dessour de ma douche. J’chante: Bonneuh fêteuh à moua pendant qu’les gouttes d’eau m’chatouille le gorgoton. J’m’étouffe. J’ris. J’me s’coue les cheveux, ça r’vole partout partout. Maudit que c’est bon de fêter. Chu tout nu, din toilettes, la vapeur qui flotte dans l’air à l’air d’un film d’horreur sauf que chu vivant et que chu pas un zombie. Chu juste moé pis j’chante.

La vie a est belle des fois, quand même. On oublie nos problèmes, nos niaiseries, les bonnes femmes, l’travail, l’argent (la maudite paie toujours trop p’tite), les anciennes amours, les chicanes de famille. On s’oublie même. Pis on s’dit qu’la vie est belle. Maudit qu’a est belle!

Aujourd’hui, j’a décidé de pas m’piquer, de pas boire, de m’laver pis de sortir. Pour fêter ma fête à moé. C’est pour ça que j’chante comme un démon du yable en d’sour de l’eau bouillante. Ça brûle. Ça chauffe. Ça réveille. J’capote mais ché qu’s’est pour une bonne cause: ma fête à moé!

J’m’lave les d’sour de bras, la craque, la queue, j’me gargarise avec l’eau bouillante, j’me su mis du savon din yeux, din cheveux, ça mousse, ça décrasse. Sti-ksé-bon!

Demain, par exemple, ça va être aut’chose. Fini les cadeaux pour moé. Je r’tourne dans rue pis j’va marcher pis marcher jusqu’à ce que j’la r’trouve. Pis quand j’va la r’trouver, je te jure, j’la tue. J’ai pas envie qu’a s’moque de moé de même, la vache, la bitch, la criss. Après, comme qu’y disent din vues, ça va être ma fête toute el’temps.

Envoueille, on chante toute ensemble…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

neuf + neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.