Archives pour la catégorie Humour

Humour : Si quelqu’un vous demande de lui faire l’humour et du coup, qu’elle retire tous ses vêtements, c’est que vous n’avez pas bien compris ou qu’elle vous a joué un sale tour.

Consultation

La salle d’attente était plutôt petite. Il n’y avait pas, contrairement aux standards stéréotypés généralement associés à ce genre de local, de revues datant du paléolithique supérieur ou de dépliants de produits pharmaceutiques miraculeux disponibles auprès de votre fournisseur de prescriptions à la gomme. Non plus de carte de visite ou même de gel anti-bactérien à l’alcool. Rien qu’un décor sobre avec trois chaises droites à la structure de métal très luisant et au siège et dossier de cuir patiné. Les murs, plutôt anonymes, n’affichaient pas de diplômes ou de certificats attestant les compétences du praticien de service.

Poursuivre la lecture

Soixante-sept

Ça fait un bail. Attendez que je me rappelle. Vous voulez vraiment que je vous raconte tout ça ?

Je me souviens que c’était à Paris. Quel arrondissement ? Est-ce que je sais, moi ? J’étais complètement barjo, à c’t’époque. Si je prenais de la drogue ? Y a pas de doute, mais ne me demandez pas quoi. On fumait tout, même le papier peint avec du persil, c’est dire.

Je crois que c’est le cinquième. Mais j’ai perdu la mémoire avec mes cheveux. Vous avez vu mon crâne ? C’était la jungle de poils, là-haut, monsieur l’agent. Les filles faisaient la queue pour toucher ce monument frisé, je vous jure.

Poursuivre la lecture

Gog

L’était une fois, zun petit bon zhomme qui n’était pas plusse haut qu’trois poires. V’savez, pas le genre nain mais petit assez pour qu’on ne le remarque pas beaucoup. Le petit bon zhomme s’intitulait Gog mais tout le monde il l’appelait Bob parce qu’on raconte que le curé quand il l’a baptisé avec l’eau et tout, il avait déjà bu toute une grosse tasse de vin de messe qu’il ne digérait pas trop bien et qui plusse est, lui donnait des brûlations d’estomaqué. Donque, quand c’est qu’il a fallu mettre le nom de Bob sur le papier, il a t’écrit Gog bicôze le papier du baptistère et bien il l’était placé à n’envers.

Breffle, Bob (ou Gog, choississez, biffez le nom, corrigez, si ça vous turlute, moi je m’en contre-poissonne), c’est connu comme la barbe à papa dans la Passion, bien, c’était un gaffeur de première classe. Diplômé de l’université de la bévue, maîtrise en échappement de toutes sortes, notre Bob national tachait, brisait, oubliait, se perdait, et tout le tralalère, à qui meuh-meuh. En plusse, il sentait le biscuit soda. Mais on a jamais su pourquoi et c’est une autre histoire, ça.

Poursuivre la lecture

Gerôn-Dépôt

Sébastien regardait le numéro imprimé sur le bout de papier et soupira. Encore dix-huit personnes avant lui. Il consulta son téléphone intelligent : vingt-six nouveaux messages, cinquante-neuf tweets, douze « j’aime », trois messages dans sa boîte vocale et une demande de conférence vidéo en attente.

« Ça va, papa? » demanda-t-il à Louis-Georges qui regardait autour de lui en essayant de cacher la lourde peine qui lui inondait les yeux.

« Pourquoi ça irait plus mal? Tu sais, on peut revenir demain. Ça ne fera pas beaucoup de différence… »

« Et attendre encore une heure et quart? Je n’ai pas que ça à faire, moi. Et toi non plus, tu le sais. »

Poursuivre la lecture

Conversation familière

Bfadz regarde encore la chose et, pour la quatrième fois, il hausse un sourcil.

« Comment ça fonctionne encore? Je n’ai pas trop compris. »

Lpovc soupire. Il se relève et actionne la chose devant le regard éteint de Bfadz qui croise les bras, avec l’air de se dire, « Qu’est-ce que je fais ici, moi? J’ai des tas d’autres choses à faire que de regarder ce bidule qui me semble tout à fait inutile. »

Son ami le regarde et attend encore une réaction. Puis il se fâche : « Coudon, Bfadz, t’es bouché ou quoi? C’est l’idée du siècle. Je te jure, ça va faire jaser dans pas grand temps et tout le monde va se l’arracher. Je ne peux pas m’imaginer le paquet de patentes que le monde va inventer avec ça. Bientôt, tout le monde va en avoir chez eux. Dehors, en dedans, partout je te dis. Dans le village voisin, l’autre côté du fleuve, merde! jusqu’au bord de la fin du monde, là-bas. »

Poursuivre la lecture