Archives pour la catégorie Science-fiction

Science-Fiction : Tout ce qui n’existe pas dans la vraie vie, du moins pas au moment d’écrire ces lignes.

Tempête devant

Le ciel assombri de peines et de misères moule et démoule ses draps farcis de courbes en eau et éclairs. Ce dieu des cieux gronde de cette colère qui fera jaillir dans la voûte céleste tout un concert dans les minutes qui suivent.

Les arbres, au garde-à-vous, applaudissent de leurs mains garnies de verdure. Les pelouses ont fini de se plaindre de la sécheresse, effritées dans un labyrinthe de craquelures où errent des insectes à la recherche de quelque réconfort.

C’est là, sur un sentier perdu, dans ce décor titanesque, que roule Ben sur son pauvre vélo de fortune, le regard rivé sur le temps, songeant à la Miss Météo qui avait annoncé encore du soleil sur la cite desséchée, au grand dam de la population qui souffrait du manque d’eau et de fraîcheur. Ben, un peu cinglé, aimait rouler à gorge déployée, buvant l’air du temps sans se soucier des affres de la sécheresse.

Poursuivre la lecture

Passé recomposé

Mon nom est Armand Leclaire. J’ai 73 ans. Je vous écris cette lettre à la demande de ma femme qui m’aide pour les petits détails. Mais je persiste et signe que je suis Armand Leclaire et que j’ai 73 ans.

Tout ceci a commencé il y a exactement 22 ans. J’étais alors âgé de 51 ans. Ma femme m’avait offert un forfait Rewind comme cadeau d’anniversaire. Comme cette toute nouvelle technologie faisait alors son entrée en bourse et qu’on s’arrachait les places disponibles, ma femme a profité de ses connaissances (le frère du cousin de son beau-frère sortait avec la cousine du neveu de sa demi-soeur qui travaillait justement au courrier et qui avait droit à un rabais et une place réservée, s’il le voulait, mais il ne le voulait pas, mais ça c’est une autre histoire) pour m’inscrire et payer la somme de soixante mille dollars américains pour que je sois ‘rewindé’ comme Jack Laplante et la star des stars Magnolia Magifica Turner. Mon nom figurerait dans les mille premiers clients satisfaits du service Rewind.

Poursuivre la lecture

Si dans un marais…

Si dans un marais, une nuit, vous apparait, une bête noir et féroce, ne reculez pas. Foncez! Que dis-je, pénétrez l’ombre! Jetez vous entre ses mors, défiez la mort, soyez ce Maure qui, mêlé à la nuit noire, à l’encre de la Lune, jouxte la puissance de l’homme contre l’invisible. Rien n’est invincible mais seul l’Homme peut affronter la bête.

Je pensais à ces mots écrits par Panitral de Cyr, il y a si longtemps, dans un livre que j’avais trouvé dans la bibliothèque de mon arrière-grand-père alors que mon automobile vivait ses derniers soubresauts dans une courbe, tout près de St-M…

Poursuivre la lecture

Goulag Blues

J’ai eu 25 ans ferme. Pas de sursis ni de libération conditionnelle. Il faut dire que je n’y ai pas été de main morte. Un beau cadavre, que le policier a déclaré lors de mon procès. Après une déclaration comme ça, j’étais tout fier de dire que j’étais coupable, même si ça a sacrément déplu à mon avocat. La couronne jubilait. ‘Une victoire contre les œuvres du diable !’ titrait l’eGazette. ‘Une perte pour les anges du ciel’ a pleurniché ma maman dans son mouchoir brodé.

On m’a installé dans le Village. J’ai ma cellule à moi, toute équipée, au beau milieu du parc, près de la mer. La Mer des Humeurs, qu’ils disent. Méchante humeur : le jour, la température extérieure dépasse allégrement les 145 degrés. De quoi se faire cuire le coco dans le temps de le dire. Pas question de faire des séances de bronzage à moins d’aimer le cancer.

Poursuivre la lecture