Force de loi

«Faites entrer le prochain accusé…» dit le juge Marcel sans lever les yeux de la pile de dossiers devant lui.

On fit avancer Jérôme Lacasse-Wagner, un grand homme mince, le visage triste, les bras ballants.

«Monsieur Lacasse-Wagner, demanda le procureur de la Couronne, est-il vrai que le six janvier dernier les forces de l’ordre vont surpris en train de ne rien faire?»

Jérôme renifla : «C’est possible…»

Le juge soupira : «Monsieur Lacasse, répondez par oui ou par non s’il vous plaît!»

On murmura dans la salle d’audience.

«Oui, c’est possible, votre Honneur» clama l’accusé en relevant la tête.

«Vous admettez, monsieur, poursuivit l’avocat, que vous avez enfreint l’article 35, section 46, paragraphe 28, ligne 17 qui stipule que tout citoyen est requis d’employer ses heures d’employabilité à un emploi reconnu par la ligue des employeurs dûment associée à la banque d’emplois?»

«Oui, l’emploi…»

«Monsieur, vous savez qu’en 2060, cet article a force de loi et qu’un contrevenant est passible de six mois d’emprisonnement, s’il est reconnu coupable?» dit l’avocat en refermant le livre de Lois.

«Oui. On fait quoi en prison?»

«On est emprisonné, monsieur!» s’empressa de répliquer le juge.

«Et que fait un emprisonné, Monsieur le Juge? Est-il obligé de travailler?» demanda Jérôme.

«Monsieur Lacasse-Wagner, vous savez que nos prisons sont surpeuplées et que nous ne pouvons pas donner un emploi à tout le monde» répondit le juge, impatient.

«Alors, je suis coupable» conclut l’accusé, tout sourire.

L’avocat demanda une consultation avec le juge.

«Votre honneur, c’est le 262e accusé qui se déclare lui-même coupable cette semaine. Il faudrait voir à changer la loi…»

Le juge haussa les épaules, en bon fonctionnaire. Il frappa la plaquette de bois de son marteau : «Jérôme Lacasse-Wagner, vous êtes reconnu coupable de paresse et je vous condamne à six mois de réclusion.»

«Merci, votre honneur!» dit l’accusé en riant.

Ce jour-là, Maître Maxime Fradette, avocat de la Couronne ne se présenta pas aux six autres procès qui lui étaient assignés et prit son temps lire des textes sur le blog 1histoireparjour. Il fut rapidement arrêté et jugé pour le même méfait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize + quatre =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.