L’air climatisé

Je suis en manche de chemise, les coudes à l’air et je frigorifrise. J’ai un glaçon bleu qui me pendouille au bout du nez. Quelle belle saison que l’été! On rage dans la sloche en hiver. On rêve de l’été quand ça commence à fondre et quand arrive les chaleurs, on tourne le bouton de l’air climatisé à maximum dès qu’il fait plus de 26 degrés.

Peut-on s’entendre qu’on aime geler ici, au Québec? Même chose pour les vacances. On envahit les routes de la belle province pour aller se geler les orteils dans la Baie des Chaleurs (je sais, c’est le bout le plus chaud de la péninsule gaspésienne, mais quand même) ou dépenser son argent dans un motel de luxe à Kennebunk Port ou Ogunquit dans le Maine (U.S.A.) où les genoux figent dès qu’on met le petit orteil dans l’écume. Bien sûr, on fait la file pour des cornets. On met dix kilos de glace dans notre sangria ou notre limonade.

Et là je ne parle pas de ceux qui préfère se geler tout court…

Je ne voudrais pas que vous soyez en froid avec moi mais je préfère transpirer les jours de canicule et me faire un bon feu de foyer bien emmitoufflé contre ma blonde les soirs d’hiver.

C’est chaud… comme moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.