L’évier

Goutte à goutte. Un ploc, un autre. Léonard désespérait de faire taire ces bruits d’enfer depuis trop longtemps.

L’évier se situait dans la cuisine. En inox. Le robinet fuyait et même si on empilait des serviettes sèches, à un moment donné, les plics et les plocs jouaient dans l’écho, rendant la vie insupportable.

Léonard venait de mettre une épaisse serviette sèche au fond de l’évier quand le plombier arriva:

« Désolé, m’sieur, on est débordé c’est temps-ci. »

Il pouffa de rire, son mégot mort entre les lèvres. Il puait la cigarette et son teint jaunâtre ne disait rien de bon au bon Léonard qui ne voulait qu’une seule chose:

« Gardez vos blagues de mauvais goût pour vos clients en chaleurs et réparez ma tuyauterie, s’il vous plaît, » déclara-t-il, l’air hautain.

Ploc! Le plombier venait de retirer la serviette. Léonard ferma les yeux et serra les poings. Plic! Il voulut grogner mais se retint. Ploc!

Trente ans! Trente ans, vous dis-je, à supporter ce bruit constant. Trente années de plics et de plocs.

Encore une autre goutte. Léonar empoigna la clef à mollette géante et asséna trois coups à la base de la tête du plombier.

Il poussa le cadavre et remit la serviette. Plus un bruit. Il relaxa. Il cligna des yeux une dernière fois et s’en alla au jardin enterrer le 118e plombier qui n’avait pas été assez rapide pour réparer son évier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept + quatre =