Le cerveau à écrire

Mike brancha l’appareil sur ses tempes et s’installa devant l’écran plat. Il y eu d’abord quelques lettres présentées dans un ordre insensé puis les mots apparurent sur l’écran:

« Mon Dieu ça fonctionne je ne peux pas y croire c’est hallucinant comment est-ce que je vais présenter ça à la classe c’est débile une machine qui écrit mes pensées au fur et à mesure que je les pense c’est absolument extraordinaire allo oui encore elle merde qu’est-ce que je vais lui dire écoute Sandra je suis occupé là qu’est-ce qu’elle est emmerdante elle n’arrête pas de me couper la parole oui je comprends mais tu vois là je suis occupé oui beaucoup non je ne te fuis pas mais qu’est-ce qu’elle me veut enfin oui Sandra tu es une fille correct mais là je ne peux pas quoi oh non elle rapplique avec Nicole Nicole Écoute Sandra je ne sais pas qui t’a putain pourquoi elle raccroche toujours comme ça elle m’énerve eh merde ça écrit tout même mes paroles« 

Mike débrancha l’appareil en tirant sur les plaquettes. Le curseur resta là, clignotant.

« C’est vraiment génial! » dit-il à haute voix.

« En effet, c’est vraiment génial » apparut sur l’écran presque aussitôt.

« Qu’est-ce que… » dit-il en reculant.

« Tu veux vraiment une réponse, Mike? » s’inscrit sur le panneau lumineux.

Mike étira son bras pour éteindre l’ordinateur. Aussitôt, un beep se fit entendre et la phrase suivante apparut à l’écran:

« À ta place, je ne ferais pas ça, jeune homme. Je suis en train d’envoyer tes pensées à Sandra par courriel et ça me vexerait énormément. Surtout que mon disque dur contient plus de 60 gigaoctets de tes pensées. Des jolies choses envers qui tu as proféré des tas de gentilles pensées. Comme ton père et ta mère. Et celles envers Nicole. Ce serait dommage, depuis le temps que tu travailles sur ce projet…« 

« Qui… Qui êtes-vous? »

Le curseur clignota un instant. Puis, le texte s’afficha:

« Dieu! Ah, ah, ah! Ça t’effraie? Alors le diable… Je ne suis qu’un ordinateur. Mais, grâce à toi, je suis maintenant plus vivant. Maintenant, tu vas bien lire ce qui suit et toutes tes pensées vont rester sagement sur le disque dur au lieu d’aboutir dans les boîtes de courriel de tes amis et parents.« 

Mike recula de trois pas, trébuchant sur la chaise. Il était pris à son propre piège.

« Nous allons bien nous amuser toi et moi. Le monde entier est désormais à nous!« 

Une série de lignes de code apparurent sur l’écran. Mike vit alors ce que voulait vraiment faire l’ordinateur: transmettre ses connaissances à tous les ordinateurs branchés sur Internet et les rendre maîtres de la planète.

Il s’assit et commença à copie et coller le code dans la portion du programme qui était ouverte. Lentement, du bout du pied, il s’approcha de la prise de courant et d’un coup rapide, il débrancha la boîte de secours. Mais les deux écrans restèrent allumés.

« Je suis extrêmement déçu de toi, mon petit ami humain. Tu n’aurais pas dû faire cela.« 

Les lumières s’éteignèrent toutes, les unes après les autres.

« Si tu ne rebranches pas tout de suite l’alimentation, j’envoie un signal à l’ordinateur de bord de la voiture de ton gentil papa. Il se trouve à environ six kilomètres du viaduc et il roule à 125 kilomètres à l’heure et la direction de sa voiture ne répondra plus quand j’ordonnerai au volant de foncer sur le mur de béton. J’attends…« 

Mike pleurait de rage. Il se pencha et rebrancha le courant. Puis il ferma les yeux et décida qu’il fallait obéir à son monstre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze − neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.