Le parapluie

Deux amants marchent sous la pluie fine. Un fin crachin venu du paradis, diront les poètes en mal de mots originaux.

Elle a rêvé de ce moment magique. Lui, il savoure cette fraîcheur subite. Ils marchent lentement sur le trottoir déserté de la petite localité. Ce sera bientôt l’automne et leurs mains ne se peuvent plus de caresses, loin des regards mais encore trop près des qu’en-dira-t’on des commères du quartier.

Il ne reste que quelques mètres avant de retourner à la maison.

Il s’arrête devant la porte, la regarde:

‘Tu veux que je prenne le parapluie?’ demande-t-il en la dévorant des yeux.

Elle lui sourit, une petite fossette se creuse dans la joue gauche.

‘Non, marchons encore. Après on ira faire l’amour. On n’a pas besoin d’un parapluie en amour, Habibi ana!’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze + dix-sept =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.