Nuit trouble

Nuit trouble
 où les larmes couvrent le sourire
  où le désespoir est plus sombre que l’ombre

Nuit blanche
 où le coeur ne bat plus la cadence
  où les images se superposent

Nuit froide
 où la caresse s’est évadée
  où le pli des draps est meurtri

Nuit vide
 où un sourire se fait enfin guide
  où le rêve panse la blessure

Nuit trouble
 ou blanche
  ou froide
   ou vide

Nuit tout de même. Seul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − dix =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.