Pting Wong

Le petit nichois Pting Wong est plézident de la République du Carré du Noir. Il a reçu, des mains du Nerf Poële, une bombe tanomique. Les citoyens nichois du Carré du Sucre sont en caramel, de même que la Manécarins, les Froissais, et toute la clique des Tout-Nus qui se réunissent en se tenant la mains pour protester tout en tapant du pied.

On a donc signifié à Pting Wong de ne pas jouer avec son joujou dangereux parce que c’est dangeureux (bon!), et on a voté une solérution avec des sanctions du genre: pas de dessert, pas de visionnement du film Graisse avec Tonne Virevolta et Olive Noune-toute-jeune, et d’autres choses édifiantes. Mais Pting Wong du haut de ses godasses à talons hauts et en-dessous de sa tignace poilue fixativée en chrome noir, a fait non, non et non, en tapant du pied lui aussi et en faisant un nez-de-pied et un gros fingueur aux autres con-compatriotes terriens.

Brefle, on l’a capturé, le Pting Wong, et on l’a assis sur une chaise haute en-dessou de laquelle on a installé la bombe tanomique. On est tous partis en Kekparailleurs, loin de la République du Carré du Noir, et on a webcammée un message:

« Allo, Pting, c’est nous, les Tout-nusiens. Tu veux ou tu veux la donner ta bombe? »

« Nan, jeveupâ! » a-t-il protoclamsé en boudant, pleurnichant, morvant, bavant, le tout en nichois soigné.

« Alors, petit Pting, tu veux faire quoi avec ta petite bombe natomique? De l’énergie clownéaire? Des centres nues et claires? Ou nous la péter sur la gueule? » (sans ajouter petit con, polis qu’on était, en tout diplodocumatie)

« Pétésulagueule, pétésulagueule! » ria le dacditeur jaûnatre qui rougissait (ce qui lui donna une teinte verdâtre, on ne sait trop pourquoi!)

« Ok, Pting. Pèse sur le piton. »

Et Pting pésa comme on appuie dans les chambres des grammaticiens et de l’Académie des Mots-Dits.

Et voilà comment fini cette histoire de Pting Wong. Ça a fait BOUM et maintenant on en parle plus.

Fais dodo, maintenant, peuple de la Terre. Demain je te raconterai l’histoire de Gorge Bouche, un Manéricain qui aimait ça faire la guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.