Red Skelet

Manuel Quesnel, alias Red Skelet, termine l’écriture de son blog. Il est fier de ses mots. Il est fier de sa franchise. Il sait qu’ils sont une dizaine à le lire fréquemment. Il sait aussi que son fan club grandit tous les jours parce qu’on parle de lui, parce qu’on sait que ce qu’il écrit (tout comme ce qu’il dit) tous les jours est la seule vérité. Personne n’oserait dénoncer ses paroles. Pourquoi le ferait-on? Il parle de son arme. Il parle de sa soif de tirer sur tout ce qui bouge, d’atteindre ses cibles avec la minutie du tireur d’élite.

Plusieurs comme lui rêvent de cette heure de gloire où ne parlera que de lui. Il passera à l’histoire, sera le héros du jour, l’homme qui a osé, qui aura enfin posé un geste pour le bien de l’humanité.

Il s’étire et sourit. Ça va être pour bientôt, se dit-il. Et personne ne se doutera de rien. Même Einstein, avec ses formules compliquées n’aurait jamais pensé à faire un truc comme ça.

Quand il en a parlé à Nicolette, elle l’a regardé d’un air sceptique: « Dekéssé ktu veux dire, Red? T’as-tu pris trop de coke ou quoi? »

Il a sortit l’arme et Nicolette s’est étouffée avec son verre d’eau. « C’est big, mais ça va-t-y marcher, genre, vraiment? »

Red Skelet s’est penché sur Nicolette et a dit: « J’ai tiré ma mère… » tout fier.

« T’as pas. J’l’ai vue tantôt. T’as pas, man.. »

« Bin oui, tu l’as vue, grosse conne. Check bin… MOM?! MOM! »

Anita Quesnel descend doucement les marches. Elle est tout rose avec sa robe fleurie et sa coiffure démodée.

« Qu’est-ce qu’il y a, mon petit Red? Tu a faim? Tu veux un bon steak pour souper? » Et elle l’embrasse sur la joue gauche tout en tapotant doucement l’autre joue. Il brûle dans ses yeux une lumière jusque là inconnue dans cette famille.

Anita remonte doucement les marches en disant: « Soit gentil avec Nicolette, Red. »

Nicolette reste là, la bouche ouverte, ses yeux verts qui s’embrument: « Man, c’est hot. Ça va durer longtemps de même, tu penses? » Red hausse les épaules.

« Tu veux que je te tire aussi? » demande-t-il en sortant une espèce de seringue munie d’un embout pulvérisateur.

« Wô, man. Tu veux que j’t’aime moi aussi? »

« Tu m’aimes déjà, c’est pas pareil. Mais là, tu vas p’t’être m’aimer pour toujours. »

« Ok, shoote-moé. Après, on tirera le reste du monde avec ton machin… »

Red Skelet lève la seringue et envoie un petit jet bleuté dans le visage de Nicolette. Elle respire et ouvre enfin les yeux:

« J’sens rien. Mais j’t’aime encore, c’est-y ok? »

Skelet rit et ils s’embrassent.

*

Mardi, 15 septembre 20..

En manchette: Une bombe artisanale a explosé dans le métro de M.. ce matin vers 8 h 15. La station F.. a été évacuée. Curieusement, aucune personne n’a été blessée ou tuée et les dommages ont été pratiquement nuls. La police a réussi à maîtriser un couple de jeunes qui se trouvaient sur place. Ils prétendaient que la bombe allait rendre les gens paisibles et aimants. Le groupe tactique d’intervention de la communauté urbaine de M.. a investigué les lieux. Quelques instants après l’explosion, plusieurs personnes présentes dans les wagons touchés par l’explosion ont dit avoir ressenti des vertiges et ont prétendu avoir eu des hallucinations. D’autres ont affirmé se sentir très bien, voire plus calme qu’à l’habitude. Certaines personnes se sont serré la main ou se sont embrassés. La police n’écarte pas la possibilité d’une bombe bactériologique ou chimique. L’enquête suit son cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + treize =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.