Un monstre dans mon salon

Je ne devrais pas m’endormir dans mon salon après avoir bu 3 bières et avalé un sac de croustilles au sel de mer. Ce n’est pas bon pour la santé. Je le sais et pourtant je le fais régulièrement.

Samedi dernier, il pleuvait à se noyer couché. J’ai loué trois films idiots et j’ai fait le mozzarella sur mon sofa tout en sirotant les péchés ci-mentionnés. Au milieu du deuxième film, je suis tombé raide comateux après avoir laissé aller quelques vents du haut et du bas de mon corps. Enroulé dans une doudou crasseuse, je me suis laissé bercé par le ronron de mes ronflements.

Je ne ronfle pas fort. C’est une espèce de bruit de fond qui se marie bien avec le gazouillis des moineaux et les réprimandes des mères qui chahutent sur leur balcon en été. Tout discret.

Alors quand j’ai ouï ce grognement, je me suis dit, à travers mes vapeurs éthyliques, que ce ne pouvait être moi, que ce devait être un tremblement de terre ou un tsunami qui se manifestait sans prévenir (il ne manquerait plus que ça, un avis de 24 heures…). J’ai ouvert un oeil et j’ai vu une forme brune assez dégueulasse qui occupait la moitié du salon et qui zignait après ma 40 pouces. J’ai ouvert l’autre oeil, croyant voir là l’effet mixte d’une alcoolisation partielle de mon cerveau et l’accumulation de résidus jaunâtres dans le coin de mon oeil droit.

Évidemment, voir ce monstre absolument dégueulasse se livrer à des ébats pour le moins douteux sur ma précieux boîte à fou, ce n’était pas pour aider à la participation active de ma digestion. Deux haut-le-coeur plus tard, j’étais sur mes deux jambes et j’ai essayé de surprendre la chose gluante mais comme elle était presque au bout de sa joie lubrique, je dus reculer pour ne pas être aspergé du fruit de son agitation du bassin.

Je n’ai pas besoin de vous dire que l’humidité qui gerbait du tube reproductif de l’affreuse bête combiné à l’électricité tant statique que nécessaire du mon téléviseur eurent tôt fait de causer un court-circuit et je fus témoin d’un électrochoc jouissif chez cette machiavélique apparition. Quand les tremblements cessèrent, ma télé et le monstre moururent quasiment en même temps.

Je me faufilai vers le téléphone et signalai le 9-1-1. Le préposé fut bien gentil et me recommanda de cesser de boire avant de raccrocher.

Mais dites-moi donc, vous qui lisez ceci, comment se débarrasser d’un monstre qui vient de mourir dans mon salon?

Peut-être que je devrais cesser de boire…

Je vais m’ouvrir une canette pour y penser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − 6 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.