Virus dans le passé

Nick venait de se payer le trip de sa vie. Malgré le coût exorbitant de cette technologie, il voulait être un des premiers pionniers en la matière.

« Suivez-moi, » fit la jeune femme habillée d’un costume de chlorophylle bleu.

Sur les murs, de vastes images holographiques tournoyaient, représentant les contenus de la mémoire des premiers explorateurs. Il était nerveux. Après tout, ce n’est pas tous les jours qu’on pouvait se permettre de littéralement télécharger sa mémoire sur un nanopoint et l’explorer à sa guise. C’était presque un voyage dans le temps qu’il s’offrait, bien que la technologie ne le permettait pas encore.

« Étendez-vous ici, s’il vos plaît. Ce ne sera pas bien long. Le docteur Farmer viendra vous parler dans un moment. »

Nick s’étendit et en profita pour visionner les mémoires du fondateur de BackUp Soul Corp. que ce dernier avait légué à l’humanité après la mise au point de ce merveilleux procédé.

Une ombre se dessinait au-dessus de Nick. Le docteur Farmer était un colosse de deux mètre quatre, chauve, aux yeux vert lime.

« Nicolas Marcil, je suppose? Je suis le Docteur Farmer. Je serai responsable de votre téléchargement. Je constate que vous avez rempli tous les formulaires et que vous êtes prêt à vivre cette aventure extraordinaire. »

Nick acquiesça, muet d’émotions.

« Il nous reste donc ce dernier petit formulaire que nous vous demandons de signer. C’est une simple formalité. »

Nick chercha un crayon mais le docteur ne lui en offrit point. Ce dernier sourit :

« Désolé, vous signez à partir de votre pupille. Regardez les points rouge et vert. Concentrez-vous sur le vert point approuver ou le rouge pour refuser. »

Nick releva légèrement la tête et se concentra sur le point vert. Un clignotement lui signala qu’il avait complété la signature.

« Très bien. Détendez-vous. L’opération ne devrait durer que quelques minutes. Je vais installer les capteurs sur le quatre points de contact pour faciliter le téléchargement. Il faudra attendre environ dix minutes pour le calibrage et une fois le processus enclenché, le téléchargement devrait durer environ 18 à 20 minutes, selon votre âge actuel. »

Le docteur plaça les petits capteurs munis d’une nano-aiguille sur les tempes et à la base du cou, près des cervicales puis demande à Nick de fermer les yeux.

Pendant un instant, le jeune homme ne ressentit qu’un léger picotement. Puis, une vibration s’installa et le calibrage démarra. Il fut tenter d’ouvrir les yeux mais en fut incapable. Il entendit la voix du docteur qui lui demandait de rester calme car l’opération de téléchargement allait être entamée sous peu. Il perdit alors conscience en se sentant aspiré dans un énorme trou noir.

*
En ouvrant les yeux, Nick pressentit que quelque chose n’allait pas. Il y avait une dizaine de personnes autour de lui et personne ne souriait. On chuchotait, on se consultait, on hochait de la tête tout en jetant de temps en temps un regard sur lui.

Le docteur Farmer le vit ouvrir les yeux. Il afficha un sourire nerveux et s’approcha du lit sur lequel Nick était couché:

« Bonjour, Nick. Heureux de vous voir revenir parmi nous. Nous avons eu bien peur de vous perdre. Voici monsieur Albert Hawkins, notre président et voici Tim Baldwin, de la Sécurité Nationale. Ils vont… euh, on va vous expliquer ce qui s’est passé. »

Hawkins s’approcha et tendit la main à Nick: « Mon cher ami, je voudrais, au nom de la société, vous présenter toutes nos excuses. Votre ‘opération’ a malheureusement échoué. Nous nous étions engagés à un remboursement intégral de votre paiement dans ce cas et nous avons décidé de bonifier ce remboursement d’une somme triplant votre investissement initial afin de préserver la réputation de notre entreprise ainsi que… euh, comment dirais-je, votre discrétion. » Il lui tendit un chèque de 700 000 dollars.

Le type de la Sécurité Nationale s’approcha à son tour et lui tendit la main également: « Le Gouvernement désire vous informer que nous vous offrirons toute la protection nécessaire si le besoin s’en ferait sentir. Tout notre service sera à votre disposition en cas de besoin. »

Nick ne comprenait plus rien. Que s’était-il passé avec le téléchargement? Il ne voulait que ses souvenirs et retrouver sa quiétude de banlieusard et son job. Il demanda donc des explications.

Les personnes présentes se consultèrent puis le docteur Farmer approcha. Nick nota que deux autres personnes venaient d’entrer, visiblement pas des médecins ou des hommes d’affaires. Ceux-ci ressemblaient à des gorilles. Baldwin fit un signe discret en direction de ceux-ci qui se placèrent devant la porte.

« Nick, votre téléchargement a révélé des anomalies que nous ne pouvons nous expliquer mais qui doivent demeurer secrètes jusqu’à ce que nous en découvrions la source et les raisons du problème. »

« Mais qu’en est-il de mes souvenirs? » demanda-t-il, inquiet.

« Ce ne sont pas vos souvenirs, Nick. » déclara Hawkins en se raclant la gorge.

« Mais de qui sont-ils, nom de Dieu? » dit Nick en se retenant de crier.

Hawkins et Baldwin se croisèrent du regard. Les gorilles, eux, décroisèrent leurs bras.

« Adolf Hitler… » dit Baldwin.

Nick aurait aimé pouvoir s’enfuir mais il sut soudain qu’il ne reverrait plus jamais son petit 4 et demi au centre-ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.