Les vampires d’âmes

Au petit matin, trois petites femelles rates mangeaient un bout de pain laissé sur le comptoir de la cuisine. La scène aurait pu être horrible mais il n’y avait personne pour l’observer.

Dans la grande cour abandonnée, on pouvait dénombrer deux bicyclettes, une trottinette, une motoneige, un trampoline, des jouets aux couleurs vives et six cadavres, non visibles ceux-là, parce qu’enterrés sous deux mètres de terre fraîchement retournée.

À 200 kilomètres de là, Manson Manevil, un homme de grande taille, le cheveu en brosse, la main serrée sur le volant de sa vieille Chevrolet bleu poudre, roulait en direction du Nord, en songeant à sa petite maison de campagne située de l’autre côté de la frontière américaine, dans la province de la Colombie-Britannique. Un village sans nom, disaient les habitants du voisinage. Un coin perdu dans la brume des Rocheuses. Une seule route serpentait à travers les grands arbres et ça et là, les plus courageux qui s’y aventuraient, découvraient des cabanes d’où sortaient des fumées de feux de bois en perpétuelle valse chimérique au-dessus des toits. Pourtant, aucun ne se risquaient à regarder à travers la fenêtre de ces habitations en toute apparence abandonnées. Ils n’auraient probablement rien vu car les résidents n’aimaient pas se faire voir.

Manevil s’appochait de la frontière. Le petit poste frontalier consistait en une petite guérite qui était parfois surveillée par le vieux Emil Swanson. Ce matin, il n’y était pas. Probablement trop tôt. L’homme au volant de la camionnette ralentit et regarda à l’intérieur . Il fit un bref salut de la main droite tout en souriant en coin.

Le reste de la route, en sol canadien, relevait d’un maniement expert et seuls les camionettes en bon état pouvaient se permettre de la parcourir sans subir de lourds dommages. Il fallut donc une autre heure de chaos et de contournements habiles pour que Manson atteigne enfin le 18 Wood Road.

La fumée du poêle le rassura. Il n’essuya pas ses pieds en entrain. Maud le salua puis Gord.

« T’as fait un beau voyage? » demanda Gord en secoua sa pipe sur le bord du vieux poêle en fonte.

« Ouaip, » fit Manevil en reniflant. Il jeta le sac à dos qui portait sur la table. « Six âmes et pas un flic en vue! »

« Wouahou, » s’écria Maud. « Des enfants? »

Manson s’approcha de la femme et lui sourit de sa bouche édentée: « Quatre juste pour toi ma jolie… »

Gord sortit l’ardoise cachée sous l’évier. Il compta les petites barres tracées à la craie et qui couvraient presque toute la surface.

« Six cent quatre-vingt dix-huit! » siffla-t-il entre ses dents.

« J’ai faim… » murmura Maud en ouvrant le sac et plongeant sa main à l’intérieur.

Et ils se nourrirent des âmes fraîchement cueillies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 4 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.